L’exposition nous entraîne vers les profondeurs abyssales des océans, pour nous faire rencontrer des espèces fascinantes et souvent peu connues qui ont su s’adapter avec ingéniosité à leur milieu.


Du 21 novembre 2007 au 8 mai 2008

L’exposition Abysses fait découvrir la faune marine profonde. Claire Nouvian, auteure et réalisatrice de films animaliers, a participé à sa conception en laissant s’exprimer sa passion pour ce milieu à la richesse méconnue. Son intérêt naît en 2001, devant les images tournées en profondeur par l’Institut de recherche de l’Aquarium de Monterey en Californie (MBARI). L’exposition est nourrie des photos et vidéos qu’elle a réunies au cours de ses recherches, pour son livre et ses documentaires.

L’atmosphère, volontairement sombre, participe au sentiment d’immersion. Les spécimens présentés, certains uniques au monde, ont été spécialement naturalisés par les équipes du Muséum national d’Histoire naturelle. De nouvelles techniques ont été mises au point pour préserver au maximum les couleurs et l’aspect naturel des animaux. Prélevés in situ récemment et soigneusement, à des fins scientifiques, ils apparaissent au public sous une forme authentique.

Dans le parcours, un film constitué d’archives issues d’instituts de recherche du monde entier et d’extraits du Volcan des Abysses de Stephen Low, tourné en Imax, lève le voile sur les profondeurs.

Plongée progressive

Le sas d’introduction permet une douce transition entre la vie en surface et celle des abysses. Une coupe simplifiée des océans renseigne sur les écosystèmes qui peuplent les différents étages des profondeurs. Films, images et citations viennent rappeler l’histoire scientifique, finalement assez récente, de l’exploration profonde.

L’entre-deux-eaux

Le visiteur entre dans une grande salle plongée dans la pénombre, rythmée par une sonorisation résolument abyssale. Face aux aquariums rétroéclairés accueillant des spécimens rares et surprenants, il fait connaissance avec les êtres qui vivent en pleine mer. 90% sont bioluminescents ! Ils utilisent cette émission de lumière comme moyen de communication.

Beaucoup d’organismes sont gélatineux, composés massivement d’eau et d’un peu de collagène. Cela leur permet de se rendre transparents aux yeux de leurs prédateurs.

Le fond des océans

La plaine abyssale, immense, est seulement peuplée d’organismes microbiens et animaux, les conditions interdisant la croissance végétale. D’après les estimations, les fonds marins (domaine benthique) abriterait plus de 80% des espèces marines ! Les reliefs offrent des habitats privilégiés, sièges d’une abondante biodiversité, comparativement au reste de la plaine.

Pour finir, l’exposition met en avant la chimiosynthèse effectuée par des bactéries, équivalent chimique de la photosynthèse assurée par les plantes vertes sur nos terres éclairées.

Pour en savoir plus sur l’exposition, consultez le site dédié : http://abysses.mnhn.fr/