L’exposition aborde le diamant sous toutes ses facettes ! Minéral remarquable pour sa dureté, son éclat et sa valeur, il nous transporte au cœur de la terre, au cœur des étoiles et au cœur du pouvoir.


Du 10 mars au 15 juillet 2001

Le Muséum national d’Histoire naturelle organise, avec le mécénat du groupe Mouawad, une exposition importante consacrée au diamant. Pièces brutes ou travaillées, joyaux des couronnes et œuvres de haute joaillerie, en provenance du monde entier, sont à contempler !

Diamants occupe toute la surface de la nef et des pièces annexes de la Galerie de Minéralogie et de Géologie. La muséographie tire avantage du charme du lieu et des vitrines à l’ancienne, tout en les associant aux portes en acier et vitres blindées indispensables à la sécurité de l’espace.

Histoires naturelles du diamant

Le diamant révèle sa structure à l’échelle atomique. Comme le graphite, le diamant, n’est composé que de carbone : c’est l’agencement de ses atomes qui le distingue de ce minéral friable. Formé dans les profondeurs de la Terre, il témoigne de la formation de la planète. De même dans les étoiles, comme en atteste la météorite d’Orgueil de diamants.

Des diamants bruts, pesant parfois plus de 600 carats, montrent la diversité de couleurs et de géométries qu’ils peuvent adopter. C’est aussi à leurs propriétés, physiques, optiques ou électriques que s’intéressent chercheurs et ingénieurs.

Les gisements

L’extraction dans les mines de diamants est mise en regard avec l’histoire culturelle des régions qui les exploitent. En Inde, adoré par les princes moghols et les maharadjas, l’adamas – nom qui lui est donné dans les plus anciennes descriptions - nourrit les légendes. Des documents historiques soulignent son importance dans la littérature et la philosophie indiennes.

Tri et taille

Invention italienne, la taille dérive de la forme du cristal. En pointe, en table, ou en rose à facettes triangulaires, c’est la taille en brillant, apparue au XVIIe siècle, qui devient la plus fréquente.

Des peintures, le trésor et les écrins

Les peintures, à travers les portraits de personnages arborant leurs plus belles parures, permettent d’admirer la joaillerie à travers les siècles. Les œuvres prêtées par Versailles et les musées de Florence et de Copenhague, expriment l’étroite relation liant le diamant au pouvoir et à la séduction.

Bouquet final : un îlot central accueille joyaux des couronnes et de l’aristocratie du monde entier. Autour, des écrins brillent des créations de grandes maisons de joaillerie : Mouawad, Tiffany, Cartier et De Beers.

Pour en savoir plus sur l’exposition, consultez le site dédié : http://expo-diamants.mnhn.fr/